Cap vers les îles Canaries

L’atterrissage sur l’archipel des Canaries se fait en douceur.

Après trois jours et trois nuits de navigation nous voyons les côtes de l’archipel se dessiner peu à peu devant nous. Nous avons été gâtés par la mer : mer calme, deux passagers clandestins le temps d’une nuit et nous étions pourtant à plus de  100 kms des côtes, une belle pêche avec à la clé une petite soirée sushis et tartare de thon maison. Un régal !!!

C’est la fin d’après midi et nous nous dirigeons vers l’île de Graciosa, au nord de Lanzarote. Nous tentons une entrée dans le port de Caleta del Sebo, unique port de l’île, sans trop de convictions car nous avions déjà appelé avant le départ pour nous entendre dire que c’était complet, qu’il fallait remplir un formulaire sur internet 8-10 jours à l’avance pour réserver car c’est une réserve naturelle réglementée (oups, bizarre on ne l’a pas fait…), mais bon, on ne sait jamais…Nous rentrons donc dans le port et unique village de cet île : nous sommes accueillis au bout d’un ponton par un « marinero » : on tente le tout pour le tout : les enfants à l’avant montrant tout leur état de fatigue (!) et un bon « no comprendo » pour initier la discussion… malheureusement il nous confirme que le port est complet (même si visuellement c’est loin d’être le cas) et nous conseille d’aller « fondear » comme ils disent en espagnol, vous comprendrez mouiller l’ancre, non loin du port dans une petite baie, la cala Francesca. Dont acte.

Cinq bateaux de voyage sont déjà à l’ancre et nous nous installons dans ce mouillage tranquille en face d’un volcan aux belles couleurs ocre et marron. On coupe les moteurs, ca y est, notre première traversée se termine avec un sentiment de satisfaction, de fierté, et de soulagement surtout. La première chose dont a envie l’équipage à ce moment là, n’est pas de prendre du repos, ni de savourer  une bière sur le pont mais bel et bien de mettre le pied à terre.

Les enfants gonflent un paddle pour rejoindre la plage alors que nous nous empressons de mettre l’annexe à l’eau pour retourner au port. Ca fait du bien de fouler la terre ferme et on se retrouve projetés  dans une ambiance bien espagnole avec un groupe d’amis improvisant semble t’il quelques airs de musique enjoués à la guitare… Après nos trois jours d’isolation, le contraste est assez fort et on se sent un peu décalés mais heureux de les écouter jouer avec autant de plaisir.

Nous rejoignons en annexe les enfants sur la plage. Petite partie de badminton… Il faut s’entraîner, on a un champion de la discipline qui vient passer une semaine avec nous dans quelques jours… il faut qu’on soit au top!!!

Le lendemain après les devoirs du CNED et un peu de farniente, nous décidons d’aller visiter l’unique village de l’ile.  Des petites maisons blanches à toit plat collées les unes contre les autres, séparées par des ruelles de terre battue et de sable, il n’y a pas de goudron, pas de trottoir, pas d’horodateurs non plus et c’est normal, aucune route sur l’île, seuls quelques 4×4 proposent des parcours découverte. Peu de monde dans les rues, quasi pas de végétation, nous sommes dans un décor un peu hors du temps de western moderne, il manque juste la boule de brindilles sèches qui roule, poussée par le vent au milieu de la rue pour nous projeter dans un film de Sergio Leone.

Nous continuons notre visite et le western va se transformer en film catastrophe, rassurez-vous pas pour nous. Un tractopelle et quelques hommes s’affairent au bord de l’eau. Un voilier sans mât aux deux tiers immergés se trouve à 150 mètres du rivage. Il a fait naufrage il y a deux jours alors qu’il était au mouillage face au port. Son propriétaire anglais était à terre dans un bar à attendre alors que le vent soufflait fort, probablement très fort. Un maillon de la chaine de l’ancre a rompu, le bateau est allé se frotter contre un récif et a ensuite dérivé avec une voie d’eau en coulant peu à peu pour venir s’échouer devant le village. Deux hommes dans l’eau tentent d’attacher solidement une corde autour de l’épave, plusieurs tentatives seront nécessaires avant que le tractopelle ne parvienne à la tirer sur une descente de mise à l’eau bétonnée.  Triste spectacle qui fait froid dans le dos et qui nous rappelle, nous navigateurs d’une année que les choses peuvent parfois mal tourner. Ne baissons jamais la garde. Pour cet homme et son bateau, le voyage est terminé.

Nous quittons à l’aube l’île de Graciosa pour descendre sur Lanzarote direction « el puerto  Calero ».

Une demi-journée de navigation nous sépare de cette marina de la cote ouest de l’ile. Nous sommes accueillis par le marinero qui nous indique notre place de stationnement. Tout juste installés, un catamaran que nous avons déjà vu quelque part vient s’amarrer devant nous. TEVA, un magnifique Lagoon 42  gris avec Patrick aux commandes et Christine son épouse préposée aux amarres et pares-battages. Nous nous étions rencontrés brièvement sur le mouillage de Graciosa la veille.

Nous louons une voiture pour deux jours afin de visiter l’intérieur de l’ile, une ile aride et sans aucune végétation à part quelques cactus, figuiers de Barbarie, et lichens qui tentent de s’accrocher aux roches volcaniques présentes partout sur l’ile. Des volcans, des grottes, des torrents de lave, témoignent d’une activité volcanique récente, la dernière éruption date de 300 ans et avait pendant six ans recouvert un quart de l’ile.

Les batocopains.

Ce terme désigne les bateaux et leur équipage rencontrés au fil du voyage avec lesquels  nous partageons des moments. Ils font souvent un grand voyage, certains comme nous pour une année sabbatique, d’autres à durée indéterminée.

A Puerto Calero, le bateau voisin s’est vite transformé en batocopain. Cela commence par une invitation à prendre une bière après le nettoyage des bateaux. Il est 17h. Si vous ne connaissez pas  le sketch de la palombière, je vous invite à l’écouter. 18h12, la bière est fraiche sur le bateau de Patrick et Christine. 19h30, le troisième bieure est toujours aussi frache. 20h01, Patrick me propose un Ricard pour l’apéro, je dis ok. 20h22, deussième tournée de  licard toujours avec un guaçon. Allez ! 20h46, troimièse vournée de jicard. 21h37, Christine prépare un pâte de plats en riant. 21h 63, Patrick a une idée, il ouve une toubeille de vin, ou deux. 22h84 Patrick a  une autre  idée et me propose un wiky. 25h30 douze, un aute wiguy ?…..il est deux heures du matin, ça va être dur de suivre le Cned demain…

Magnifique rencontre, nous passerons les trois prochaines soirées ensemble, nous nous sommes promis de nous revoir, nous l’espérons.

On décide de partir pour l’île d’à côté, l’île de Fuerteventura où sur les conseils de notre guide nautique nous avons choisi de nous poser au « Puerto del Castillo ». Le nom sonne bien, ce n’est pas trop loin… mais c’est tout ! Minuscule port où nous ne pouvons pas entrer…Donc demi tour sur place et c’est reparti. A ce moment là nous n’avons qu’un seul objectif : trouver un port avant la nuit (on préfère…). En plus, les vents ne sont pas favorables pour trouver un mouillage bien protégé. On vise  » El puerto de Gran Tarajal », à 3 heures de nav. On arrive au crépuscule (ouf!), on s’amarre. Ville sans charme particulier mais avec un beau supermarché (c’est un peu notre dada en fait quand on est à terre !!!)

DSC_0340

Nous n’aurons pas la chance de visiter cette île qui semble ressembler par son côté aride et dénué de végétation à Lanzarote et nous repartons pour l’île de Ténérife à 130 miles (240 kms) à l’ouest. Eh oui, on vient nous rendre visite pour les vacances scolaires! Pas question d’être en retard ! Ca va faire du bien et il nous tarde de partager notre vie de nomades…mais ça, ce sera une autre histoire!

A bientôt,

Les ToLiMaRa

19 réflexions sur “Cap vers les îles Canaries

  1. On se régale à vous lire. Nous suivons votre voyage depuis votre départ, cela nous rappelle notre voyage effectué il y a 20 ans (en monocoque, un peu votre itinéraire prévu) mais au départ de La Rochelle.
    Profitez-en bien, c’est une expérience extraordinaire et inoubliable.
    Bon vent
    Louis (d’Agen aussi)

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci pour votre message ça fait plaisir de savoir que nos publications sont appréciées et de vous faire voyager avec nous.
      J’ai vu sur le lien que vous n’êtes pas des débutants en voyage..😀
      Il nous reste encore beaucoup de choses à découvrir.
      À bientôt pour le prochain article

      J'aime

  2. Coucou les ToLiMaRa ici TEVA, tres belle article, hormis …… non je rigole!!!! Je me suis toujours demande pourquoi l’AIS nous signale comme »dangereux » hihi 😜gros bisous et au plaisir de vous lire tres prochainement, avant nos prochaines soirees pizza coca!!!

    Aimé par 1 personne

  3. C’est en effet toujours avec plaisir de retrouver les aventures des ToLiMaRa. La rédaction est au top et de plus en plus pro… franchement : CHAPEAU. Les photos sont toujours aussi cool aussi… ça donne la banane !!
    A très vite… J-3

    Aimé par 1 personne

  4. Coucou vos publications sont vraiment au top dédicace à raf et toto pour les sushis super!!!…ainsi que celle de Lisa avec sa guitare excellente…et bravo pour vos photos et commentaires ils nous font vraiment voyager avec vous ..
    Ps:et enfin spéciale dédicace avec tes lunettes et ton polo marins au top le toto!!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Sébastien, ça va. T’as pas encore tout vu… hier razzia de bonites(7)! Alors tartare, sushis, carpaccio enfin la totale et en plus Ced est avec nous donc au niveau prépare c’est juste de la bombe!!! Prépare toi, c’est bientôt pour toi ! Bisous. Lisa

      J'aime

  5. Il n’y a pas que les commentaires qui sont au top. Vous aussi ! Bientôt des pros.
    Nous participons Moustache et moi à votre aventure. le poisson devait être délicieux. Félicitations au pêcheur!

    Aimé par 1 personne

  6. Je me régale de te lire et de relire. Les photos et vidéos sont top. Vos enfants s’éclatent et que de souvenirs pour vous tous. Pour une 1ère expédition, elle est géniale … je sais qu’Annabelle et Juliette vous rejoignent c’est trop cool. Est ce qu’Annabelle va avoir le pied marin ??? Sinon, un verre de bon rouge de temps en temps et hop le pied marin viendra tout seul !!! 😉 A très bientôt pour la suite. Je suis une vraie fan de votre expérience. Bisous. PATY

    Aimé par 1 personne

  7. encore bravo pour ce résumé, c’est assez incroyable de vous lire à mon bureau, au boulot, en pose midi, avec mon nescafé méga sucré (car c’est pas bon un nescafé)…bref moment assez magique pour moi aussi , vous êtes beaux et souriants sur vos photos, ça mets du baume au coeur. Régalez vous avec les potes, la bise à tous!

    Aimé par 1 personne

  8. Bonjour,

    votre blog est très inspirant et nous envisageons un projet similaire pour l’été 2018.

    je suis intéressé par la solution de la location, seriez-vous disponible pour échanger sur cette expérience?

    Cordialement,

    Nathalie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s