Ile de La Dominique

Cette île est à mi-chemin entre la Martinique et la Guadeloupe. Nous sommes accueillis par une famille de cachalots en arrivant.

L’île appartenait à l’Angleterre. Indépendante depuis 39 ans, elle compte environ 70 000 habitants. Le gouvernement fait des efforts depuis de nombreuses années pour y développer le tourisme vert et entretenir le parc national. Mais Maria est passée par là en septembre 2017. Maria est quelqu’un de très méchant comme ils disent ici. Le cyclone a tout dévasté mais « c’est la vie » nous a confié notre guide Providence. C’est son nom Providence. Tout un programme quand on découvre les dégâts causés par l’ouragan. Six mois après le sinistre, on constate encore les maisons sans toiture, les débris et gravats entassés le long des rues, le réseau électrique encore à terre, et surtout la végétation déchiquetée. Les arbres sont littéralement plumés, certains n’ont plus que le tronc cassé à mi-hauteur comme des allumettes.

Les vents ont soufflé ici à plus de 200 nœuds soit 370 km/h. Impossible d’imaginer ce qu’ils ont dû endurer. Providence nous a expliqué qu’ils se sont fait surprendre car ils n’ont su que la veille qu’une tempête arrivait. Le matin même elle était annoncée en catégorie 1, puis est corrigée en catégorie 5 l’après midi.  Il a tiré et attaché son bateau sur la plage. Il ne le retrouvera pas. 60 personnes ont péri dans cet ouragan qui a duré 8 heures.

Malgré tout cela la population reste joyeuse et optimiste, ils reconstruisent, tentent d’attirer à nouveau le tourisme par leur gentillesses et leur bonne humeur. Si nous nous en étions tenus à la lecture de certains blogs, il ne fallait pas s’arrêter à la Dominique. Ile dévastée, pillages et insécurité, plein de recommandations de gens qui en effet ne s’y sont pas arrêtés. C’est tout l’inverse que nous avons trouvé ici, des gens sympas et besogneux, qui ont besoin du tourisme pour se reconstruire plus rapidement.

Nous irons visiter l’Indian River, historiquement une canopée verdoyante qui a subi malheureusement aussi le passage dévastateur de Maria. Providence interprète l’hymne national, émouvant, empreint d’une force tranquille… belle leçon de courage…

La végétation devrait reprendre ses droits d’ici deux ans, reste à espérer qu’ils soient épargnés par la prochaine saison cyclonique.

Bye bye la Dominique, cette ile nous laissera un beau souvenir et l’envie d’y revenir. Il est temps maintenant de poursuivre notre route au nord, la Guadeloupe nous attend, nous allons y retrouver famille et amis venus nous rejoindre pour les vacances scolaires, mais ça, ce sera une autre histoire…

2 réflexions sur “Ile de La Dominique

  1. Nous vous lisons toujours avec plaisir. Clovis et Magali avaient l’air ravis de vous retrouver. Edwige et Bernard étaient eux aussi fébriles avant leur départ…Bonne continuation à tous
    Ici nous sommes en pleines giboulées. Pendant que je vous écrit il grêle…faites une réserve de soleil

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou les aventuriers ! Toujours un plaisir de suivre votre périple. Comme quoi il ne faut pas écouter les gens… La Dominique avec ses habitants sont si courageux qu’ils parviendront à reconstruire cette belle île. Bon vent à tout l’équipage !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s